Biométhane : le gouvernement ouvre une large concertation avec la filière

Publié le 06/11/2020

8 min

Publié le 06/11/2020

Temps de lecture : 8 min 8 min

Depuis plusieurs semaines, une série de projets réglementaires ont créé un vif émoi au sein de la filière du biométhane et engendré quelques remous du côté de l’exécutif. Depuis, de réunions informelles à une plus large concertation, le gouvernement partage sa copie et a mis tous les acteurs de la filière autour de la table. Au programme : la mise en place d’un mécanisme extra-budgétaire qui pourrait soutenir la production de biométhane sur nos territoires sans impacter les finances publiques.

Par Laura Icart

 

Dans un communiqué publié le 17 septembre, le ministère de la Transition écologique notait « un effort sans précédent de l’État en faveur des énergies renouvelables » et se félicitait de l’action gouvernementale en faveur du biogaz « qui a permis depuis trois ans de multiplier par quatre le nombre d’installations » et évoquait un soutien fort des pouvoirs publics, de l’ordre de 13 milliards d’euros. La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili s’est d’ailleurs réjouie de cet essor lors de sa venue le 28 septembre au congrès du gaz de l’Association française du gaz (AFG). Il faut dire que la filière biométhane est particulièrement dynamique dans notre pays, portée en grande partie par le monde agricole où se trouve 90 % du gisement, mais plus largement par tout un écosystème dédié et innovant qui fleurit sur notre territoire, avec à la clé la production d’une énergie territorialisée et des emplois localisés.

Une rentrée sous tension 

Le 15 septembre, lors du conseil…

Cet article est réservé aux abonnés de Gaz d'aujourd'hui, abonnez-vous si vous souhaitez lire la totalité de cet article.

Je m'abonne