La méthanisation : une filière énergétique d’avenir pour l’agriculture française

Publié le 25/07/2020

12 min

Publié le 25/07/2020

Temps de lecture : 12 min 12 min

 L’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) a présenté le 21 juillet les conclusions de son rapport « L’agriculture face au défi de la production d’énergie » et formule 20 propositions pour développer la production d’énergie dans le secteur agricole. Un rapport dans lequel le développement de la méthanisation est érigé au rang de priorité, tout comme la nécessité de garantir la qualité des intrants et du digestat produit mais aussi la pertinence de construire des projets de production d’énergie à la maille locale dans une vraie logique d’aménagement du territoire. Autre enjeu décisif : le stockage de l’énergie tout comme l’intérêt de poursuivre la R&D dans le domaine des énergies renouvelables (EnR) notamment à travers le couplage de technologies d’avenir que sont la méthanisation et la méthanation.

Par Laura Icart

 

Quelle place pour la production d’énergie dans le secteur agricole ? Comment le monde agricole peut-il répondre aux objectifs ambitieux de la France en termes de production d’EnR, à savoir 32 % du mix énergétique en 2030 ? Quelles sont les énergies les plus pertinentes pour y parvenir : l’éolien, le photovoltaïque, les biocarburants, le biogaz ? Quelles sont les opportunités mais aussi les risques de faire de nos agriculteurs des « énergiculteurs », bien qu’historiquement la production d’énergie a toujours fait partie intégrante de la vie d’une exploitation agricole ?

Coupler production d’énergie et aménagement du territoire

Le foncier agricole, l’artificialisation des terres, l’acceptabilité sociale des projets, les retombées économiques, la formation, la recherche et l’émergence de nouvelles technologies notamment pour stocker les sources d’énergies intermittentes, les émissions de gaz à effet de serre… Bref, les sujets de la production d’énergie dans le monde agricole sont nombreux, complexes et aux implications multiples pour le climat, pour l’environnement et pour l’attractivité économiques de nos territoires. Mais ils sont aussi à la croisée d’un modèle agricole qui, à l’heure de la transition énergétique, soumis à une crise aussi bien structurelle que conjoncturelle, doit se réinventer et se tourner vers des modes de production plus respectueux,…

Cet article est réservé aux abonnés de Gaz d'aujourd'hui, abonnez-vous si vous souhaitez lire la totalité de cet article.

Je m'abonne