Sept points à retenir pour le biogaz dans le projet de loi « accélération des renouvelables »

En France, si la filière du biogaz affiche une croissance continue, l'année 2022 marque un coup d'arrêt avec un nombre important de projets abandonnés, faute de rentabilité.

Publié le 17/01/2023

7 min

Publié le 17/01/2023

Temps de lecture : 7 min 7 min

Les députés ont adopté la semaine dernière le projet de loi pour l’accélération des énergies renouvelables en première lecture. Dans ce texte, plusieurs dispositions concernent le secteur du biogaz et biométhane et plus particulièrement la méthanisation. Que faut-il retenir avant la Commission mixte paritaire prévue le 24 janvier ? 

Par Laura Icart

 

Le projet de loi AER doit permettre d’accélérer la production d’énergie renouvelable dans notre pays alors que leur part dans notre consommation finale brute d’énergie ne représente que 19,3 % en 2021, loin derrière notre objectif européen fixé à 23 % en 2020. Mais si la France est en retard, elle a aussi du potentiel. En septembre, le Syndicat des énergies renouvelables estimait que la France a le potentiel pour atteindre 45 % d’EnR dans sa consommation énergétique dès 2030, au-delà de l’objectif fixé par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV)  promulguée le 17 août 2015 qui fixe à 32 % la part des EnR dans notre consommation en 2030. Pour y parvenir, la France pourra s’appuyer sur les gaz renouvelables, avec un potentiel évalué par différents scénarios autour de 70 TWh, dont un peu plus de 60 TWh pour la méthanisation…

Cet article est réservé aux abonnés de Gaz d'aujourd'hui, abonnez-vous si vous souhaitez lire la totalité de cet article.

Je m'abonne