La « French gas tech »

En 2030, le gaz vert doit représenter 10 % de la consommation de gaz, soit une production de 39 à 42 TWh de biométhane.

Publié le 03/05/2021

9 min

Publié le 03/05/2021

Temps de lecture : 9 min 9 min

Réduire notre dépendance énergétique, relocaliser l’activité et accélérer la bascule de la France vers un mode de développement bas carbone, c’est autant d’atouts portés par l’essor des filières des gaz renouvelables dans notre pays. Également sources d’innovations, d’emplois et d’attractivité, véritables vitrines technologiques et industrielles d’un savoir-faire et d’une compétence française, elles participent activement à accompagner la transition énergétique sur nos territoires.

Par Laura Icart

 

La méthanisation, la pyrogazéification et la production de gaz à partir d’électricité renouvelable et bas carbone plus communément appelée power to gas sont les technologies qui contribuent à verdir la part du gaz dans le mix énergétique français. La transition énergétique est un pilier essentiel de la transition écologique. En France, la loi énergie et climat fixe une diminution de 40 % de la consommation d’énergies fossiles d’ici 2030. À la même échéance, le pays doit également porter la part des énergies renouvelables à 33 % au moins de la consommation finale brute. Pour y parvenir il faudra notamment que le gaz vert représente 10 % de la consommation de gaz, soit une production de 39 à 42 TWh de biométhane. Et cela même si l’objectif de 7 % fixé dans la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), qui conditionne le soutien public, pourrait rendre plus difficile cet objectif.

Le défi de l’industrialisation

Les technologies liées à la production de gaz vert sont, selon le président de la commission de régulation de la CRE, Jean-François Carenco, «  un fantastique défi lancé à toute la chaîne du vivant, de la production…

Cet article est réservé aux abonnés de Gaz d'aujourd'hui, abonnez-vous si vous souhaitez lire la totalité de cet article.

Je m'abonne