« Transformer la transition énergétique en opportunité de réindustrialiser la France »

Publié le 04/04/2021

16 min

Publié le 04/04/2021

Temps de lecture : 16 min 16 min

Indispensable allié de la transition énergétique, le monde industriel développe les solutions innovantes qui demain contribueront à la décarbonation de nos économies. Le secteur de l’énergie y joue un rôle majeur. Gaz d’aujourd’hui a demandé à Aurélie Picart, déléguée générale du comité stratégique de filière « Nouveaux systèmes énergétiques » (NSE) d’évoquer les grands enjeux de la filière française des industries des nouveaux systèmes énergétiques, les avancées et les défis à relever, notamment dans le secteur des gaz verts, alors que le contrat stratégique de filière fêtera ses deux ans le 19 mai prochain.

Propos recueillis par Laura Icart

 

Le contrat de filière des « Nouveaux systèmes énergétiques » a été signé le 19 mai 2019. Quel en est l’esprit ?

Notre comité stratégique de filière NSE est important en raison de l’accélération de la transition énergétique qui engendre une transformation rapide et profonde pour notre tissu industriel et social. Il couvre plus de 15 000 entreprises, représentant plus de 250 000 emplois et un chiffre d’affaires dépassant 45 milliards d’euros. Son rôle est essentiel dans l’atteinte de l’objectif ambitieux fixé par la France, à savoir la neutralité carbone en 2050. Pour y parvenir, la France a fixé plusieurs priorités et objectifs dans la stratégie nationale bas carbone (SNBC) et dans la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Notre comité stratégique de filière a pour ambition de constituer le pendant industriel de la PPE, pour faire de la transition énergétique un levier de réindustrialisation sur nos territoires. Notre objectif est de définir comment créer cette valeur industrielle et la déployer sur l’ensemble de la filière en s’appuyant sur les atouts de chacun : l’implication forte et la force de frappe des grands groupes et entreprises de taille intermédiaires (ETI), l’agilité des hommes et des outils industriels des ETI, PME et start-ups. Notre approche s’inscrit dans une démarche d’intérêt général en fédérant le maximum d‘acteurs autour de deux ambitions communes pour la transition énergétique : préserver le pouvoir d’achat et créer de l’activité industrielle. Pour y parvenir, il faut non seulement rendre les offres d’énergies décarbonées plus compétitives, en créant cet effet d’échelle via la massification de la demande – plus concrètement passer du démonstrateur à l’industrialisation -, mais aussi mener un travail de fond autour de l’efficacité énergétique et du pilotage de la demande pour diminuer les consommations. En France, si nous avons le potentiel d’innovation et le savoir-faire technologique pour faire émerger des solutions innovantes, il s’agit aujourd’hui, en pleine synergie avec l’Union européenne, de les déployer rapidement à grand échelle pour en diminuer rapidement les coûts et participer à cette course mondiale qui s’est…

Cet article est réservé aux abonnés de Gaz d'aujourd'hui, abonnez-vous si vous souhaitez lire la totalité de cet article.

Je m'abonne