Biodéchets : start-ups mania

La quantité de biodéchets produits par les ménages français représente 18 millions de tonnes par an selon l'Ademe. ©Shutterstock

Publié le 27/03/2024

13 min

Publié le 27/03/2024

Temps de lecture : 13 min 13 min

Depuis le 1er janvier 2024, la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (Agec) a rendu obligatoire le tri, la collecte et la valorisation des biodéchets pour tous. Dans la pratique, c’est plus complexe puisque l’Agence de la transition écologique (Ademe) estime que seulement un quart de la population française dispose d’une solution de tri à la source pour ses déchets organiques. Pour autant, de nombreuses start-ups se sont lancées pour proposer ces services. À Paris, Toulouse et Nantes, rencontres avec plusieurs d’entre elles.

Par Laura Icart 

 

Elles sont de plus en plus nombreuses, les entreprises de la french tech à se positionner sur le marché des biodéchets et à proposer des services de collecte, de tri et de valorisation innovants et adaptés aux besoins concrets des territoires. Trier, collecter et valoriser nos déchets alimentaires, un geste devenu théoriquement obligatoire pour tous depuis le 1er janvier et qui s’organise peu à peu sur nos territoires. Nombre d’entreprises se sont positionnées sur ce marché porteur où beaucoup reste à construire avec en ligne  de mire : initier une véritable culture du tri chez les entreprises et les particuliers, à l’image de celle qui existe déjà chez bon nombre de professionnels des métiers de bouche. Ainsi, à Toulouse, Hector le Collector s’est attaqué à la collecte des déchets en entreprises, quand De l’assiette au champ propose à Nantes une gestion de flux de biodéchets de proximité avec une véritable plateforme de déconditionnement pour les professionnels. De son côté, la francilienne Axibio parie sur des solutions innovantes et connectées pour inciter les Français au tri et à la valorisation, avec plusieurs réalisations réussies.

Collecte, tri et valorisation : un défi et des solutions

Sur les 18 millions de tonnes biodéchets ménagers produits chaque année par les Français, plus de 30 % sont collectés en mélange avec les ordures ménagères résiduelles (OMR), notre fameuse poubelle grise. Le tri à la source des biodéchets était jusqu’à présent peu développé dans notre pays, à la différence de nos voisins européens comme l’Autriche, l’Allemagne ou la Suisse. Selon les résultats de la campagne nationale de caractérisation des déchets ménagers et assimilés (DMA) menée par l’Ademe, les Français produisent près de 16 millions de tonnes d’OMR, soit environ 253 kg par habitant et par an. Un tiers de ces déchets peuvent faire…

Cet article est réservé aux abonnés de Gaz d'aujourd'hui, abonnez-vous si vous souhaitez lire la totalité de cet article.

Je m'abonne