Power-to-gas, pyrogazéification : GRDF lance deux appels à projets pour des démonstrateurs

Publié le 18/11/2020

2 min

Publié le 18/11/2020

Temps de lecture : 2 min 2 min

Le principal gestionnaire de réseau de distribution français GRDF a lancé cette semaine deux appels à projets en vue de développer un démonstrateur de power-to-gas et un démonstrateur de pyrogazéification raccordés au réseau de distribution.

Par la rédaction de Gaz d’aujourd’hui

 

Après avoir lancé en début de semaine un appel à projets pour un démonstrateur power-to-gas sur le réseau de distribution afin de tester l’injection de gaz issu de la méthanation, dont les candidatures sont attendues jusqu’au 4 janvier, GRDF lance un nouvel appel à projets dédié cette fois-ci à la pyrogazéfication. Il doit permettre de tester l’injection dans le réseau de méthane de synthèse produit par valorisation de déchets solides (bois déchet, combustibles solides de récupération, pneus usagés…). Un démonstrateur qui « devra utiliser des briques technologiques matures, privilégiant par exemple les solutions de méthanation catalytique » indique GRDF. Un projet qui a vocation à rassembler plus de partenaires et dans lequel GRDF investira 2 millions d’euros, destinés principalement à financer « une partie ou la totalité des coûts liés à la brique « injection » du projet (poste d’injection, coûts de raccordement, études qualité gaz…) ». Les candidats peuvent déposer un dossier jusqu’au 19 février 2021. Selon le calendrier prévisionnel (2021-2025) établi par GRDF, les premiers injections dans son réseau pourraient avoir lieu dès 2023. Les résultats des deux appels à projets sont attendus en avril 2021.

Couvrir les trois grandes filières de production de gaz verts

GRDF, déjà très présent dans le développement de la filière méthanisation en France, élargit donc sa présence sur l’ensemble des filières de production de gaz verts en finançant des projets de recherche et développement, un secteur majeur sur la route de la transition énergétique. Dans une étude parue en 2018, l’Ademe, GRDF et GRTgaz analysaient la faisabilité technico-économique d’un gaz d’origine 100 % renouvelable à horizon 2050. Un gisement estimé par l’étude à 460 TWh gaz renouvelable injectable via la méthanisation (30 % du gisement), la pyrogazéification (40 %) et le power-to-gas (30 %) alors que la demande de gaz  à cette même période serait comprise entre 276 et 361 TWh.