Pénuries de main-d’œuvre qualifiée dans l’industrie gazière : une solution à portée de main

Publié le 11/12/2018

9 min

Publié le 11/12/2018

Temps de lecture : 9 min 9 min

publicité

Marius Popescu ( Energy Brains Consulting)

Cette tribune libre consacrée à la pénurie de main d’œuvre qualifiée dans l’industrie du gaz est le résultat d’une task force de l’Union internationale du gaz (UIG) consacrée au secteur des ressources humaines sous la présidence américaine de 2015 à 2018. Elle a été écrite par Marius Popescu, fondateur d’Energy Brains Consulting, cabinet de conseil spécialiste des questions énergétiques et participant à ce groupe de travail.

La pénurie de main-d’œuvre qualifiée est un sujet récurrent dans l’industrie du gaz, étroitement liée aux fluctuations des prix. Elle a tendance à s’estomper lorsque les prix baissent, pour réapparaître dès que l’industrie se redresse.

Déjà en 2005, le cabinet d’audit Deloitte avait estimé qu’une vague de gaziers expérimentés approchaient de l’âge de la retraite, tandis que le nombre de diplômés qualifiés formés par les universités pour les remplacer était en deçà de la demande, notamment en Amérique du Nord et en Europe. Plus tard, en 2012, le premier rapport de l’UIG sur les ressources humaines prévoyait que les pénuries de main-d’œuvre qualifiée dans l’industrie gazière devraient s’aggraver à l’avenir, notamment en ce qui concerne les compétences techniques.

Ces prévisions sont maintenant largement corroborées par la dernière édition du rapport sur les ressources humaines 2018 de l’UIG. Comme on le voit ci-dessous (fig.1), la retraite est de loin la raison la plus souvent citée par les employés du secteur du gaz pour avoir quitté leur entreprise. Comme le prévoyait également le rapport Deloitte, cela est particulièrement vrai en Amérique du Nord et en Europe où, sur une échelle de 1 à 5, les sociétés gazières attribuent en moyenne 4 et 3,8 respectivement à la fréquence des salariés indiquant le…

Cet article est réservé aux abonnés de Gaz d'aujourd'hui, abonnez-vous si vous souhaitez lire la totalité de cet article.

Je m'abonne