Le Maroc investit dans le renouvelable

Publié le 23/04/2019

2 min

Publié le 23/04/2019

Temps de lecture : 2 min 2 min

Le gouvernement marocain a annoncé son intention d’attirer environ 10 milliards d’euros dans le secteur de l’énergie nationale d’ici 2030, dans le cadre de projets de construction dédiés à la production de 10 GW d’énergie renouvelable, ainsi que d’un nouveau projet de regazéification du GNL pour répondre à ses besoins croissants en énergie.

Par la rédaction de Gaz d’aujourd’hui

 

Le Maroc souhaite devenir « une plaque tournante régionale de production et d’exportation d’énergie », a déclaré le ministre de l’Énergie, des mines et du développement durable, Aziz Rabbah, le 10 avril, lors du forum international « Dialogue de Berlin sur la transition énergétique ». Et cela constitue un vrai défi pour le pays de Mohamed VI qui importe 90 % de ses ressources énergétiques.

Éolien, solaire et GNL

Entre 2 GW et 3 GW de capacités renouvelables seront ajoutés tous les trois ans jusqu’en 2030 : 40 % de la production totale d’énergie renouvelable proviendra de l’énergie solaire, 40 % de l’énergie éolienne et les 20 % restants de projets hydroélectriques. Le royaume chérifien souhaite diversifier ses sources d’énergie et envisage de développer son premier terminal d’importation de GNL à Jorf Lasfar, sur la côte atlantique, pour un coût total de 4,5 milliards de dollars. Un appel d’offres sera lancé plus tard en 2019. Une fois achevé, le projet devrait comporter une jetée, une usine de regazéification de 7 milliards de mètres cubes par an ainsi qu’une centrale à gaz associée. Il devrait être mis en service dès 2025.

 

(c) Engie/Capa Pictures/Lubroth Adam

Légende :  Le parc éolien de Tarfaya.