L’industrie gazière mobilisée pour un avenir plus sobre et plus résilient

Publié le 27/09/2022

10 min

Publié le 27/09/2022

Temps de lecture : 10 min 10 min

Le 27 septembre, l’Association française du gaz, représentante de la filière en France, a tenu son congrès annuel. Sobriété, décarbonation, développement des gaz renouvelables sur les territoires, synergie et complémentarité des énergies ont été évoqués. À l’approche de l’hiver, si les gaziers demeurent confiants sur la sécurité d’approvisionnement, les acteurs de la filière ont rappelé l’importance d’un mix énergétique équilibré et la nécessité d’investir davantage pour ancrer de manière pérenne les gaz renouvelables dans le paysage énergétique français.

Par la rédaction de Gaz d’aujourd’hui

 

« Je sais combien vous, les gaziers, vous êtes engagés pour nous permettre de renforcer notre souveraineté énergétique » a souligné la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher ce matin, alors qu’elle dévoilait hier, à l’issue du conseil des ministres, le projet de loi de simplification et d’accélération des énergies renouvelables. La crise énergétique a balayé en quelques mois les certitudes des experts et redistribue les cartes d’un marché de l’énergie plus imprévisible que jamais. Dans un contexte tendu – tension sur les prix, sur les approvisionnements, sur les ménages et les entreprises -, la filière gazière estime que l’avenir passe par la décarbonation de ses usages et propose des solutions à court et long terme pour s’inscrire dans cette logique de transition. Pour atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050, « nous aurons besoin d’une palette énergétique polychrome« , a souligné le président de l’AFG, Jean-Marc Leroy.

Confiants pour cet hiver, au travail pour le prochain

« La sécurité énergétique passe par une triple diversification » a rappelé Jean-Marc Leroy, dans son discours d’ouverture. « Une diversification des énergies, des routes et des sources d’approvisionnement. » Un…

Cet article est réservé aux abonnés de Gaz d'aujourd'hui, abonnez-vous si vous souhaitez lire la totalité de cet article.

Je m'abonne