Les émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie établissent un nouveau record en 2023

Les énergies renouvelables sont au cœur du ralentissement du rythme des émissions de CO2 indique l'Agence internationale de l'énergie. L'augmentation de la capacité mondiale de production d'énergie éolienne et solaire photovoltaïque a atteint un record de près de 540 GW en 2023, soit une hausse de 75 % par rapport à 2022. ©Shutterstock

Publié le 11/03/2024

9 min

Publié le 11/03/2024

Temps de lecture : 9 min 9 min

Les émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie ont progressé de 1,1 % en 2023, atteignant un niveau record de 37,4 milliards de tonnes, a indiqué le 1er mars l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Une tendance haussière qui ne va pas dans le bon sens alors que les émissions de gaz à effet de serre, tous secteurs confondus, doivent chuter de 43 % d’ici 2030 par rapport à 2019 pour espérer tenir la limite de 1,5 °C, fixée par l’accord de Paris. Mais qui, selon l’AIE, auraient été « trois fois plus importantes » au cours de la décennie écoulée si le monde n’avait pas développé les énergies renouvelables et bas carbone permettant de limiter la hausse des émissions malgré celle constante de la demande énergétique. Que faut-il retenir ?

Par Laura Icart

 

Les émissions mondiales de CO2 liées à l’énergie ont  augmenté de 410 millions de tonnes l’an dernier pour atteindre 37,4 milliards de tonnes. Un nouveau record lié principalement selon l’AIE à un déclin record de la production hydroélectrique mondiale en lien avec les épisodes de sécheresses qui se sont multipliés au quatre coins du monde, ayant pour principale conséquence un recours massif au charbon et au fioul dans certains pays, notamment en Inde et en Chine. Cependant, le rythme de croissance des émissions (+ 1,1 %) est moins élevé qu’en 2022, signe selon l’agence que les efforts des États du monde, «  même s’ils restent trop concentrés dans les économies avancées », pour développer les énergies renouvelables et les technologies dites « propres », permettent de limiter l’impact de la hausse de la demande énergétique au niveau mondial combinée à des facteurs climatiques et géopolitiques. Autre fait…

Cet article est réservé aux abonnés de Gaz d'aujourd'hui, abonnez-vous si vous souhaitez lire la totalité de cet article.

Je m'abonne